KYOCERA reconnu comme « acteur majeur » dans la fiche d’évaluation de la fiabilité des modules photovoltaïques en 2016

Seul fabricant d’équipements solaires à avoir été nommé « acteur de premier plan » pour tous les tests dans les deux éditions de la fiche d’évaluation

6 juillet 2016

Kyoto / Neuss − Kyocera a été reconnu comme un « acteur de premier plan » dans toutes les catégories de test pour ses modules solaires par DNV GL (anciennement PV Evolution Labs), un fournisseur international de services indépendants de conseil et de certification, dont la fiche d’évaluation de la fiabilité des modules photovoltaïques en 2016 a été publiée ce mois-ci en collaboration avec GTM Research.

Dans le cadre du développement spectaculaire des installations solaires commerciales et résidentielles au cours des cinq dernières années, DNV GL a créé cette fiche d’évaluation pour fournir un aperçu de la fiabilité attendue de plusieurs marques de modules solaires, en les soumettant à des comparaisons techniques sans précédent. Kyocera est le seul fabricant considéré comme un « acteur de premier plan » dans toutes les catégories, et dans les fiches d’évaluation de la fiabilité des modules photovoltaïques de 2014 et 2016, les deux seules publiées à ce jour.

Les cinq catégories de test dans la fiche d’évaluation de 2016 couvrent les principales sources de perte de performance pendant la durée de vie d’un module solaire : cycles thermiques répétés, contraintes mécaniques dynamiques, conditions d’humidité et de gel, exposition à la chaleur humide et dégradation induite par le potentiel. Le nombre de fabricants représentés dans chaque catégorie de test était compris entre 17 et 22.

Avec l’essor récent de la technologie solaire, 85 % des installations photovoltaïques ont été mises en place il y a moins de cinq ans, selon GTM Research. De ce fait, les utilisateurs peuvent difficilement évaluer leur performance à long terme et leur fiabilité.

En outre, l’afflux de nouveaux acteurs industriels signifie qu’un grand nombre de producteurs actuels fabriquent des panneaux solaires depuis moins de dix ans, même ceux offrant des garanties de 25 ans.    Ces facteurs mettent en évidence la nécessité de disposer d’une source tierce indépendante de données de performance et de fiabilité.

« Kyocera est l’une des seules entreprises au monde à posséder plus de 40 ans d’expérience dans la technologie des modules solaires, que ce soit dans le domaine de la recherche, du développement et de la fabrication », affirme Hitoshi Atari, président de Kyocera Solar Inc. « La fiabilité inégalée des modules Kyocera est documentée non seulement par ces tests, mais aussi par la performance réelle que ces modules ont démontré à travers leur utilisation continue dans ce domaine depuis des décennies. »

DNV GL a spécialement conçu ses tests pour dépasser la méthodologie traditionnelle représentée par la certification 61215 de la Commission électrotechnique internationale (CEI) et les tests 1703 d’Underwriters Laboratories (UL). Si les tests de la CEI fournissent une base de référence minimale et que ceux de l’UL portent sur la sécurité des produits, la fiche d’évaluation de DNV GL inclut d’autres protocoles rigoureux pour reproduire peu à peu les conditions de fonctionnement réelles, tout en mesurant la dégradation relative de la puissance de sortie parmi les différentes marques de modules solaires.

« La popularité de l’énergie solaire ne cesse de croître, mais il est fondamental de choisir des équipements qui restent performants sur le long terme », a déclaré Jenya Meydbray, vice-président Stratégie et développement chez DNV GL. « En découvrant comment les modules évoluent au fil du temps, nous pourrons mettre en lumière les risques technologiques et adopter une stratégie d’assurance qualité efficace. »
 
La fiabilité exceptionnelle des modules photovoltaïques de Kyocera a également été révélée par d’autres évaluations :

  • 2014 : les modules photovoltaïques réussissent les tests rigoureux de corrosion au brouillard salin « Salt Mist Corrosion Tests » de TÜV Rheinland.  
  • 2012 :  les modules Kyocera sont certifiés résistants à la dégradation induite par le potentiel (PID, Potential Induced Degradation), car ils ne présentent aucune dégradation de performance à l’issue de tests les soumettant à des contraintes de tension à haute fréquence réalisés par le Fraunhofer Center for Silicon Photovoltaics.  
  • 2010 : les modules Kyocera sont les premiers au monde à être certifiés par le test séquentiel à long terme « Long-Term Sequential Test » de TÜV Rheinland.  

 
Pour plus d’informations sur Kyocera : www.kyocera.fr

Editorial Material



Scroll to top